ALTERNA'BIO 2016

Depuis treize ans, entre 5 000 et 10 000 personnes, selon la météo, viennent flâner à St Affrique le premier dimanche d'avril. L'idée forte de chaque édition d'Alterna'Bio est de montrer au grand public que «l'écologie pratique» est accessible à tous.  Alterna'Bio, c'est près de 100 exposants, de nombreuses animations (cuisine, créations, musique, récup., taille et greffe), des conférences... Le stand de Canopée est fidèle aux rendez-vous d'Alterna'Bio. Nous apprécions les partis pris des organisateurs et l'ambiance de la foire, la richesse des échanges... Trois d'entre nous ont animé une conférence avec un représentant d' Énercoop sur le thème : "Les énergies renouvelables citoyennes dans nos territoires".

Cette année, nous étions accompagnés par l'association "Jamais sans toit", un collectif citoyen dont le but est de faciliter l'intégration des migrants en œuvrant pour leur permettre d'accéder à des conditions de vie dignes et un logement stable. En savoir plus ICI

 

Céline, Denis, Pascal, Thierry, Laurent et Johanna ont tenu un grand stand qui présentait des exemples concrets dans différents domaines :

Vélo à Assistance Électrique : Cette assistance ne se déclenche que lorsque l’utilisateur pédale. La batterie n’envoie son énergie au moteur que pour amplifier le mouvement du pédalier. Il s’agit donc d’une assistance discrète et limitée ne dénaturant pas la fonction première du vélo, ni son maniement. A l’usage, faire du VAE s’avère très plaisant voire ludique : l’effort est régulier même dans les montées et on a toujours l’impression qu’une main invisible pousse discrètement le vélo.

Permaculture : sur une butte de bois raméaux fragmentés (BRF) des légumes et des plantes compagnes (répulsives, pour les pucerons ou autres insectes dont il faut limiter les populations, ou amie de la plante et lui apportant une aide pour prospérer) sont plantées serrés. Ceci pour une optimisation de l'espace cultivé et une couverture maximum du sol qui ainsi reste vivant (voir les principes de l'agriculture en sol vivant). On abandonne le travail du sol et sa mise à nu afin de préserver une intense vie biologique.

Épuration par filtres plantés de roseaux avec une maquette d'un système d'épuration en maison individuelle, conçu pour nettoyer des eaux grises (évier et salles de bains ) et donc à coupler avec des toilettes à litière bio-maîtrisée.

Spécimens d'isolants pour la construction avec leurs coefficients d'isolation, ce qui permet de toucher et de comparer.

Divers systèmes d'économie de l'eau d'un coût modéré et faciles à installer chez soi.

Deux fours solaires auto-construits : l'un à partir d'un gros bidon d'huile articulé de façon à suivre le trajet du soleil pendant la journée, un autre à partir d'une parabole de télévision dont l'intérieur, recouvert de tous petits morceaux de miroir, renvoie de la chaleur capable d'enflammer un morceau de bois.

Une pile à hydrogène : La pile à combustible est un générateur d'électricité qui transforme l'énergie d'une réaction chimique en courant électrique de façon continue. De l'hydrogène, combiné à l'oxygène de l'air ambiant, produit du courant capable d'alimenter un moteur. Les résidus sont de l'eau et un peu de chaleur. En savoir plus sur le principe ICI

La maquette sert à expliquer la fabrication d'hydrogène qui sera très certainement la nouvelle façon de stocker l'énergie. Voir l'article sur les propositions de l'entreprise Braley ICI

Les conférences :

* Alternatives et nouveaux contre-pouvoirs citoyens afin de repenser les choix technologiques et la démocratie de demain.

* Semences paysannes, biodiversité, droits des paysans et souveraineté alimentaire

* Alternatives aux pesticides

* Les énergies renouvelables citoyennes dans nos territoires : Pascal, Félix et Thierry animaient cette dernière conférence pour Canopée avec Guy Degreef, administrateur d'Énercoop. Les points abordés, dans le cadre de la sobriété énergétique et d'une prise de position active du citoyen-consommateur :

  • Qu'est-ce que Énercoop ? Cliquez ICI pour en savoir plus
  • Qu'est-ce que Énergie partagée ? Cliquez ICI pour en savoir plus
  • Les énergies renouvelables citoyennes, quelles questions se posent, quels blocages, quelles réponses, quelle stratégie globale ?

Le débat :

Le sud-Aveyron a plusieurs parcs éoliens en projet ainsi que le transformateur de St-Victor-et-Melvieu. L'opposition à l'énergie éolienne étant très forte, Canopée et le représentant d'Énercoop étaient attendus de pied ferme ! Nous ne voulions pas un débat stérile et déjà entendu mille fois, mais nous souhaitions apporter des informations sur le sujet et aider à comprendre l'approche citoyenne des Énergies renouvelables.

Quand le débat a commencé et après la présentation de Canopée, d' Énercoop et du projet de méthanisation de Centrés,  une partie de la salle a exprimé une opposition globale aux énergies renouvelables. Cette minorité a largement monopolisé la parole par la suite. Quelques voix ont pu mettre en avant l’intérêt d'une démarche coopérative mais du côté des opposants le blocage est total.
Pour eux, les projets participatifs sont des projets capitalistiques axés sur la recherche de profits, et ils affirment que tout projet, quelle que soit sa  forme ou sa nature, n'est que de l'énergie qui se surajoute à l'énergie actuelle et donc participe à l'augmentation des consommations.

Bien que s'affichant anti-nucléaire, ils qualifient des structures comme Énercoop ou Énergie partagée d'escroquerie. En outre, ils ne peuvent expliquer comment ils comptent fermer les centrales nucléaires et baisser les consommations sans assurer au préalable une alternative énergétique. Nous avons au moins un point commun, le refus du nucléaire et la sobriété énergétique ! Cette dernière n'est pas non plus évoquée concrètement dans des actions ou des résultats ayant valeur d'exemples, hormis pour les ZADistes du transformateur de St Victor qui ont mis en place sur le lieu une vie de toute évidence spartiate !

Le débat a duré 2 heures et a quand même mis l'accent sur des points clés :

  • L'importance des démarches citoyennes pour concevoir et proposer des projets de production d'énergie locaux et de moyenne envergure, ce qui limitera forcément le forcing des gros promoteurs  pour la mise en place de gigantesques projets qui n'auront pas de retombées économiques pour les habitants de la zone concernée. Nous devons répondre à la question simple : Comment utiliser de l'énergie en respectant nos voisins et nos territoires ?  Il ne s'agit pas de subir mais de construire un projet de Mix énergétique tenant compte de cette approche globale. Voir un exemple de projet éolien citoyen ICI
  • La nécessité de parler de mix énergétique, entre autres pour cesser de réduire les énergies renouvelables à l'énergie du vent. Il faut développer la méthanisation, prendre en compte l'énergie hydro-électrique existante ainsi que la filière bois-énergie. Nous devons tenir compte de la spécificité de chaque lieu, tout en ne perdant jamais de vue l'efficacité et la sobriété énergétique. Voir l'analyse de l' ADEME sur le mix électrique 100 % renouvelable ICI
  • L'urgence de considérer les énergies renouvelables comme l'incontournable de la transition énergétique, la condition de sortie du nucléaire. Voir le nouveau Manifeste négaWatt ICI
  • Ne pas perdre de vue non plus la dimension de solidarité, d'échanges et de mutualisation qui fera que la production d'énergie locale pourra aussi être exportée pour soutenir les consommations électriques de zones plus éloignées et plus peuplées.
  • VOICI L'ARTICLE PARU DANS LE PROGRÈS ST AFRICAIN DU 14 AVRIL 2016 ICI

 

Article publié par "Canopée" le 11/04/2016

    

Derniers articles - Nos Actions

Mobilisation du 13 mars et lettre aux enseignants

Lettre aux professeur·es et au personnel des établissements d’enseignement de France

Lettre à diffuser, à signer...

Cher·ères enseignant·es du primaire, du secondaire et du supérieur,
Cher personnel des établissements d’enseignement de France,

Nous sommes étudiant·es, lycéen·nes et collégien·nes, et nous avons décidé de ne pas rester les bras croisés face au changement climatique et à l’effondrement de la biodiversité.

 

Lire la suite...

Dénoncer l’inaction climatique des politiques serait-il subversif ?

Une campagne Greenpeace (dérangeante ?) pour dénoncer l’inaction politique

Face à l'urgence climatique, les discours ne suffisent pas.

Le changement climatique est désormais : LA préoccupation majeure des populations française et européenne, les mouvements des jeunes pour le climat s’intensifient et 1000 scientifiques appellent à la désobéissance civile face à l’urgence écologique.

 

Lire la suite...

MOOC Bâtiment Durable - Rénovation performante

Plateforme "MOOC Bâtiment Durable"

MOOC Bâtiment Durable est une plateforme proposant des formations de type MOOC (Massive Open Online Courses).

C’est-à-dire des formations gratuites, ouvertes à tous et accessibles où que vous soyez 24h/24.

 

La plateforme MOOC Bâtiment Durable est une plateforme de formation dédiée au bâtiment durable. Elle est issue d’un projet collaboratif de l’ensemble des professionnels de la filière bâtiment, du Plan Bâtiment Durable et de l’ADEME.

Les projets de formation déposés sur la plateforme sont issus de diverses structures : organismes de formation, associations, universités, bureaux d’étude...

Lien vers la plateforme « MOOC Bâtiment Durable »

 

Article publié par "Canopée" le 28/02/2020

Proposition APABA - L’alimentation au cœur des élections municipales

L'association "APABA" - le bio et local, une attente forte des citoyens

L'APABA s'engage à défendre une approche exigeante de l'agriculture biologique, avec pour fil directeur l'éthique d'un développement durable, respectueux des hommes et de l'environnement.

- Vous êtes élus et vous souhaitez aborder ce sujet dans votre programme,

- Vous êtes citoyen et vous voulez que les candidats se présentant aux élections agissent pour une alimentation plus saine et plus locale,

- Vous êtes journalistes et vous programmez d'écrire sur cette question,


Alors n'hésitez pas à lire et diffuser la publication de l’Apaba que vous trouverez ICI.

 

Article publié par "Canopée" le 28/02/2020