De la pollution physico-chimique aux impacts environnementaux et sanitaires

Une centaine de scientifiques et experts d’horizons différents (organismes officiels, ONG, industriels…) se sont rencontrés sous l’égide de l’ARET (Association pour la Recherche en Toxicologie) pour débattre sur les plastiques et l’environnement.

Quatre milliards de tonnes de plastiques sont jetées en mer chaque année. Ces plastiques se fragmentent, certains vont flotter à la surface, d’autres vont couler sur les fonds asphyxiant la vie marine. Selon leurs tailles, ces fragments seront absorbés par les coquillages et les poissons que nous consommerons à notre tour.

Certains de ces déchets jetés en ville ou en campagne, se retrouvent au final aussi sur les plages avant d’être transportés au bout du monde par les flots. Ces gestes de négligence sont coûteux pour la collectivité, ainsi le nettoyage des plages européennes s’élevait à près de 300 millions d’euros en 2014 (IFREMER).

Ces microparticules de plastiques transportent en plus, à leur surface, des polluants divers come les PCB, HAP, phtalates (perturbateurs endocriniens), mais aussi des microorganismes qui peuvent être pathogènes. Avec le réchauffement climatique, le transport d’océan en océan de ces pathogènes est de plus en plus craint par les bactériologistes pour le développement de maladies.

De nombreux déchets de plastiques se retrouvent aussi sur terre au travers des décharges d’ordures ménagères et dans les boues de STEP (stations d’épuration des eaux usées) libérant ainsi de nombreux polluants dans les sols dont des perturbateurs endocriniens comme les phtalates et le BPA qui sont ubiquitaires. Ces deux types de substances  se retrouvent aussi dans 100% des prélèvements réalisés, tant dans l’air que les poussières de nos logements (CSTB). En raison de leurs diverses  expositions, les enfants français sont particulièrement imprégnés aux phtalates, ce que montrent plusieurs études officielles. On rappellera que les perturbateurs endocriniens sont particulièrement dangereux durant certaines périodes de la vie, notamment durant la grossesse et les premières années de l’enfance. En complément des pathologies connues pour les enfants exposés en période prénatale conduisant à certaines malformations des organes sexuels ou plus tard à des cancers du sein ou des testicules à l’âge adulte, l’INSERM identifierait aussi le déficit de minéralisation dentaire chez les enfants exposés au BPA durant les premières années (0 à 5 ans). Cette pathologie est en forte croissance et touche plus de 15% des enfants de moins de 10 ans, imposant alors des implants dentaires. 

Le point de vue de CANOPEE et du Réseau Environnement Santé

Il est clair que les plastiques ont apporté des commodités à notre vie d’aujourd’hui dans de nombreux domaines mais il est évident aussi qu’ils ont été dévoyés pour des usages à vies courtes, de quelques jours à quelques semaines, notamment dans les emballages alimentaires sous la pression de certains industriels.

Depuis plus de 30 ans, malgré les campagnes de communication de l’ADEME et d’ECO-EMBALLAGES, le recyclage des plastiques dans notre pays reste assez décevant et favorise la dissémination des déchets comme décrit plus haut. Nos élus tant sur le plan local que national s’impliquent relativement peu sur ce sujet, quand ils ne sont pas sous l’influence de lobbies industriels. Il ne reste donc que le citoyen pour contribuer efficacement à la réduction du volume des déchets plastiques, en consommant des aliments les plus simples, les moins préparés par l’Industrie Agro-Alimentaire et donc les moins emballés. Attitude qui non seulement est favorable à la réduction des déchets et au gaspillage pétrolier mais permet également de réduire les risques de contamination des aliments par certains plastiques employés dans les emballages jetables. A cet égard, on rappellera la citation de Coluche, philosophe et penseur à ses heures, qui déclarait : " il suffit que les gens n’achètent plus de saloperies pour que ça ne se vende plus !" L’achat d’aliments frais et bio permet de réduire les déchets d’emballage et les contaminations de notre environnement pour une meilleure préservation de notre santé. Si pour certains le bio est jugé cher, on n’oubliera pas les surcoûts entraînés par le traitement des résidus plastiques sur les plages, dans les eaux de surfaces, les stations d’épuration de nos villes et par les soins médicaux des maladies induites par les contaminants relargués par ces plastiques.

Bernard PETIT Membre de Canopée et du Réseau Environnement Santé : Résumé du colloque de l’ARET Plastiques, quels enjeux pour demain ? De la pollution physico-chimique aux impacts environnementaux  et sanitaires, 15 et 16 juin 2016 - Fondation Rovaltin - 26300 ALIXAN

Acronymes ou noms utilisés :
ONG : Organisation Non Gouvernementale
IFREMER : Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer
PCB : polychlorobiphényls (perturbateurs endocriniens)
HAP : Hydrocarbure Aromatique Polycyclique
BPA : Bisphénol A (perturbateur endocrinien)
STEP : Station d’Epuration d’eaux usées
CSTB : Centre Scientifique et Technique du Bâtiment
INSERM : Institut National de la Santé et de la recherche Médicale
ADEME : Agence de l’Environnement et de Maîtrise de l’Energie
ECO-EMBALLAGES : Organisation de l’industrie de l’emballage dédiée au recyclage

 

Article publié par "Canopée" le 27/09/2016

    

 

 

Derniers articles - Nos Actions

Mobilisation du 13 mars et lettre aux enseignants

Lettre aux professeur·es et au personnel des établissements d’enseignement de France

Lettre à diffuser, à signer...

Cher·ères enseignant·es du primaire, du secondaire et du supérieur,
Cher personnel des établissements d’enseignement de France,

Nous sommes étudiant·es, lycéen·nes et collégien·nes, et nous avons décidé de ne pas rester les bras croisés face au changement climatique et à l’effondrement de la biodiversité.

 

Lire la suite...

Dénoncer l’inaction climatique des politiques serait-il subversif ?

Une campagne Greenpeace (dérangeante ?) pour dénoncer l’inaction politique

Face à l'urgence climatique, les discours ne suffisent pas.

Le changement climatique est désormais : LA préoccupation majeure des populations française et européenne, les mouvements des jeunes pour le climat s’intensifient et 1000 scientifiques appellent à la désobéissance civile face à l’urgence écologique.

 

Lire la suite...

MOOC Bâtiment Durable - Rénovation performante

Plateforme "MOOC Bâtiment Durable"

MOOC Bâtiment Durable est une plateforme proposant des formations de type MOOC (Massive Open Online Courses).

C’est-à-dire des formations gratuites, ouvertes à tous et accessibles où que vous soyez 24h/24.

 

La plateforme MOOC Bâtiment Durable est une plateforme de formation dédiée au bâtiment durable. Elle est issue d’un projet collaboratif de l’ensemble des professionnels de la filière bâtiment, du Plan Bâtiment Durable et de l’ADEME.

Les projets de formation déposés sur la plateforme sont issus de diverses structures : organismes de formation, associations, universités, bureaux d’étude...

Lien vers la plateforme « MOOC Bâtiment Durable »

 

Article publié par "Canopée" le 28/02/2020

Proposition APABA - L’alimentation au cœur des élections municipales

L'association "APABA" - le bio et local, une attente forte des citoyens

L'APABA s'engage à défendre une approche exigeante de l'agriculture biologique, avec pour fil directeur l'éthique d'un développement durable, respectueux des hommes et de l'environnement.

- Vous êtes élus et vous souhaitez aborder ce sujet dans votre programme,

- Vous êtes citoyen et vous voulez que les candidats se présentant aux élections agissent pour une alimentation plus saine et plus locale,

- Vous êtes journalistes et vous programmez d'écrire sur cette question,


Alors n'hésitez pas à lire et diffuser la publication de l’Apaba que vous trouverez ICI.

 

Article publié par "Canopée" le 28/02/2020