14 dec 2010. 

la loi loppsi 2 est en discution a l'assemblée nationale.

l'article 32 inquiéte Canopée, comme de nombreuses associations qui se preoccupent du logement .Quelques militants se rendent à le manifestation de Toulouse.

Suite à cette participation et à un debat au CA de Canopee, il est décidé de faire une lettre ouverte aux députés et sénateurs de l'Aveyron, pour exprimer notre desaccord par rapport à l'article 32 ter A de cette loi.Nous proposons une reflection pour faire evoluer les réglements d'urbanisme, afin qu'ils prennent en compte l'habitat léger, ecologique.

Lettre ouverte aux députés et sénateurs de l’Aveyron.

 L’association Canopée, compte depuis 10 ans, entre 200 et 300 adhérents ainsi que de nombreux sympathisants, rassemblés sur les thèmes de la sobriété énergétique, de la construction écologique, des énergies renouvelables et plus globalement sur les enjeux du réchauffement climatique. Nos actions sont nombreuses, dirigées vers le grand public (conférences, salons) mais aussi vers les écoles, les professionnels, ou  les collectivités. Ces actions visent à informer, à sensibiliser et à initier des changements de pratiques et de comportements, afin de réduire notre empreinte écologique.

S’agissant des questions d’habitat, domaine fortement « énergivore » et émetteur  de plus d’un quart de nos émissions de gaz à effet de serre,  nous souhaitons vous interpeller sur l’article 32 ter A de la loi loppsi 2, adoptée récemment. L’article 32 ter A permettra de faciliter la destruction des habitats considérés comme illégaux, ainsi que l’expulsion de leurs habitants, sans proposer de solutions de relogement.

Notre association s’inquiète du durcissement législatif introduit par  cet article, lequel fragilise les plus démunis, dans un contexte de crise économique et sociale et d’accroissement des inégalités d’accès au logement.

Si nous sommes très soucieux de l’application des lois sensées protéger l’environnement et le patrimoine architectural, nous pensons pour autant que les habitations légères  représentent une véritable opportunité en cas de difficultés pour se loger ; elles permettent l’installation de populations souvent jeunes en zones rurales, alors même que celles ci ce désertifient. 

Plusieurs types d’habitats légers relèvent de procédés éprouvés, responsables au plan environnemental, parfois volontairement éphémères. Ils sont souvent choisis par des familles qui ont adopté un mode de vie plus sobre. Ces habitats légers peuvent servir des projets de vie créatifs et véritablement modernes, adaptés à notre époque et au monde de demain, en proie aux dérèglements environnementaux dont l’être humain  est tout à la fois responsable et victime.  

De notre point de vue, les règlements d’urbanisme doivent évoluer, pour prendre en compte ces aspirations nouvelles et tendre vers un meilleur bilan carbone de la construction, tout en  évitant les dérives telles que l’installation sauvage en zone protégées (littoral, berges de lacs, lieux touristiques). 

Nous vous serions très reconnaissant de bien vouloir nous faire connaître votre position sur l'article 32 Ter A.  Sachez que d’autres associations se sont emparées de  cette question, Canopée les rejoint et appelle à un débat local et national sur cette question de l’habitat léger et écologique.

Veuillez agréer ,madame,monsieur , l’assurance de notre haute considération.

Association Canopée.

  

 RAPPORT 2011 DU MAL LOGEMENT DE LA FONDATION ABBE PIERRE

 

Quelques chiffres :

  •  .il manque 1 million de logement en France.
  •  .sur 20 ans la crise du logement s’aggrave : le prix de la construction a doublé , le prix des locations a augmenté de 50 %.
  • . 75 % des ménages ne peuvent pas acheter un logement .

 

Plus de 133 000 personnes sans domicile fixe 

L’absence de logement personnel se manifeste tout d’abord — de la manière la plus criante — à travers toutes les situations de personnes contraintes de vivre dans la rue, les « sans-abri » au sens de l’Insee, Habitations de fortune et campings : un développement inquiétant de l’habitat atypique 

À ces personnes s’ajoutent toutes celles qui n’ont pas d’autre solution que de vivre dans des habitations de fortune : caravanes immobilisées, baraques de chantier, logements en cours de construction, locaux agricoles aménagés, ou encore mobil-home immobilisés dans des campings… Le dernier recensement de la population (2006) dénombre 85 000 personnes recourant à ces formes d’habitat atypiques. au cours des dix dernières années (+47 %). De même pour le nombre d’ex-pulsions manu militari, supérieur à 10 000 depuis 2005, et qui a augmenté de 79 % au cours de la dernière décennie. 

Ces chiffres élevés traduisent la réponse prioritairement répressive qui est apportée aux ménages en difficultés dans leur logement. Et ceci en dépit du coût humain, social et économique de l’expulsion et au détriment de toute cohérence dans l’action publique (les familles expulsées devant être relogées par les préfets dans le cadre du Dalo).

 

 

 

Derniers articles - Nos Actions

Pole multifilière de valorisation et traitement de déchets non dangereux de l'Aveyron

« Récapitulatif des différents avis sur la question »

Le 01/10/2020 : Les élus du SYDOM Aveyron ont retenu à l’unanimité l’offre portée par le Groupement SECHE ENVIRONNEMENT/SEVIGNE/SOLENA qui s’intègre dans le projet global « SOLution ENvironnement Aveyron », consistant en la création d’un pôle multifilières de valorisation et de traitement de déchets non dangereux sur les communes de Viviez et d’Aubin (12).

La déclaration du SYDOM : " Un nom pour la solution Aveyronnaise de valorisation et de traitement des déchets ménagers "

Les avis et communiqués sur la question :

- LaDepeche : " Projet Solena : les Verts à l’offensive "

- Millavois : " Le Sydom Aveyron répond au communiqué d’Europe Ecologie Les Verts "

- Question au Sénat : " Projet de traitement et d'enfouissement des déchets dans l'Aveyron "

- Site de la société Solena : " Le projet de valorisation des déchets de l’Aveyron "

- Comité Causse Comtal : " Observations du Comité Causse Comtal " (fichier pdf)

- LaDepeche : " L'association Adeba invite les élus à revoir leur copie "

Site de l'association " Abeda Decazeville "

- Réflexions sur les articles d'un menbre de Canopée : " Gestion des déchets en Aveyron " (fichier PDF)

- Réponse d'un menbre de Canopée : " Enquête publique de 2013 - sur la réduction des déchets ménagers " (fichier PDF)

Article publié par "Canopée" le 23/12/2020

 

 

Le gouvernement a trois mois pour prouver qu’il respecte ses engagements climatiques

« Le Conseil d'État rend une décision historique pour la France »

La plus haute juridiction administrative a demandé au gouvernement français de justifier de la compatibilité de son action climatique avec ses propres objectifs.

« Un pas de géant, a salué l’ancien ministre de l’écologie Nicolas Hulot sur Twitter. Les objectifs climatiques de la France deviennent contraignants. » (1)

Article Le Monde : " Le conseil d'état donne trois mois au gouvernement pour prouver qu'il respecte ses engagements " (1)
Article La Tribune : " Climat le conseil d'état rend une decision historique pour la France "
Article Libération : " Recours de grande synthe le gouvernement a trois mois pour prouver ses efforts climatiques "
Article WeDemain : " Inédit l'état a trois mois pour prouver ses engagements climatiques "
Article de GoodPlanet : " La justice donne trois mois a l'état pour démontrer ses efforts climatiques "
Article de Novethic : " Décision historique pour le climat - les objectifs de réduction des émissions de la France deviennent contraignants "

Ecouter l'émission de FranceInter du 20/11/2020.

Article publié par "Canopée" le 22/11/2020

 

 

Contrat de Transition Ecologique (PNR Grands Causses)

« Parc naturel régional des Grands Causses »

 

Extrait des fiches actions discutées lors des différents ateliers dans le cadre du Contrat de Transition écologique du PNR Grands Causses.

 

Ces fiches ont été renseignées depuis sur la plateforme en ligne du Ministère de la transition écologique :

" Contrat Transition Ecologique "

 

Pour découvrir les différentes fiches, cliquer sur "Lire la Suite"

 

Lire la suite...

Elaboration d'un contrat de transition écologique (CTE)

« La méthode des contrats de transition écologique »

Les contrats de transition écologique sont élaborés sur la base des spécificités et des besoins de chaque territoire.

Mis en place à l’échelle d’une ou plusieurs intercommunalités, ils sont co-construits à partir de projets locaux, grâce à la mobilisation des acteurs des territoires : collectivités, entreprises,  associations, citoyens…

Les projets sont accompagnés aux niveaux technique, financier et administratif, par les services de l’État, les établissements publics et les collectivités locales (départements, régions). L’État, notamment, se place dans une posture de facilitation et mobilise de façon coordonnée ses services et les établissements publics.

Signé après environ 6 mois de travail, le contrat de transition écologique fixe un programme d’actions opérationnelles sur 3 ou 4 ans avec des engagements précis et des objectifs de résultats.

Lien vers le guide " contrat de transition écologique " sur le site du Ministère de la Transition écologique.

Article publié par "Canopée" le 21/10/2020