« Quel programme de campagne en faveur de la transition écologique pour les élections municipales ? »

 

Cet article est à l’usage de chaque citoyen Aveyronnais, désirant faire prendre conscience aux élus, à l’occasion des municipales prochaines, de ses attentes en matière de transition énergétique.

 

 

L’échelle locale est primordiale pour la transition écologique, sociale et démocratique, et les élections municipales de mars 2020 seront un moment clé pour encourager cette transition partout en France.

 

Télécharger le document " Elections municipales 2020 et Transition écologique "

C’est pour répondre à cet enjeu qu’a été conçu le Pacte pour la Transition : 32 mesures concrètes pour construire des communes plus écologiques et plus justes.
Ces mesures ont été rédigées par 60 organisations, et un comité d’expert(es), à la suite d’une large consultation citoyenne.


L’association Canopée 12 souscrit à ces mesures. Elle demande aux élus de prendre conscience de l’urgence climatique pour le  maintien d’une planète vivable et de respecter nos engagements nationaux et régionaux horizon 2050, soit  5 mandats, échéances très courtes !

 

Le mandat qui s’ouvre pour chaque mairie, devra donc être irréprochable sur ces questions, en engageant la commune sur les bons choix.

La commune est-elle prête à :

  • Faire de cette question une priorité et penser l’ensemble des choix d’investissement et de développement, en conformité avec les objectifs de baisse des consommations énergétiques et du remplacement des énergies fossiles par des renouvelables ? Consommation d’énergie : moins 30 %  en 2030, sont les objectifs nationaux et régionaux
  • S’engager à baisser, durant le mandat, les consommations d’énergie de la commune dont elle est maître, et de mettre en œuvre des actions qui incitent la population à changer de comportement, par des actions d’information et d’animation ambitieuse ?
  • S’engager dans la Com Com, le PETR, à mettre en œuvre les ambitions de territoire à énergie positive, portée par  la région et 2 territoires en Aveyron ?
  • Porter au niveau de la Com Com la réalisation de son plan climat (PCAET) ?

 

Le conseil municipal peut dès maintenant porter dans son programme ces actions :

  • Diminuer l’éclairage public : fourniture de LED, extinction de 23 h à 5h, contrat énergie renouvelable avec le fournisseur d’électricité. Toutes les actions doivent être bâties selon cette démarche du  scénario Négawatt : efficacité énergétique, sobriété énergétique, énergie renouvelable (scénario qui a bâti les programmes énergétiques de la région, du parc des Grands Causses et de l’Aubrac).
  • Développer des alternatives à la voiture individuelle, premier poste d’émission de gaz à effet de serre, particulièrement en zone rurale, plus de 30 % des émissions. Bus, transport à la demande (TAD), covoiturage, ces 3 modes sont complémentaires pour assurer le droit à une mobilité décarbonnée.
  • Rendre les espaces des centres bourgs apaisés : limitation de la vitesse à 30-50 Km/h, donner une vraie place au vélo, promouvoir l’auto partage, la voiture électrique partagée par  investissement et location. Nécessite d’embaucher un animateur sur cette question, a minima au niveau de la Com Com.
  • Baisser la consommation des logements, deuxième poste émetteur (25 %). Être exemplaire avec les bâtiments publics : bâtiments à énergie positive. Promouvoir, aider les rénovations des particuliers, un animateur également aurait là un travail capital.
  • Arrêter l’artificialisation des sols et particulièrement des zones fertiles.
  • Dynamiser les centres bourgs, soulever la question des commerces pour éviter la fuite des consommateurs vers Rodez.
  • Baisser les émissions de l’agriculture, de l’alimentation, poste également très émetteur, (de l’ordre de 40 % avec les émissions indirectes).
  • Initier une ceinture maraîchère et fruitière, préempter des terres pour cela, promouvoir la bio vers la restauration collective et un régime plus végétal.
  • Informer sur la maîtrise des consommations numériques, sur la gestion des déchets.
  • Développer les énergies renouvelables, avec des financements citoyens et publics. Photovoltaïque sur tous les bâtiments artisanaux et commerciaux, méthanisation des déchets, éoliennes (seul un bouquet énergétique complet permet de tenir nos engagements énergétiques), réfléchir à des réseaux de chaleur dans les bourgs.

 

On ne bâtit pas un programme de transition en quelques semaines, mais on peut s’engager dans des actions simples et créer, dès les premières semaines, une commission citoyenne, du type de la convention citoyenne actuelle initiée par les associations écologiques et le gouvernement (150 citoyens tirés au sort), avec 40 personnes tirées au sort sur la commune et animées par un professionnel.

Des questions et des réponses

Quels sont les objectifs de la France en matière de baisse de gaz à effet de serre ?

Diviser par 4 les rejets d’ici 2050 soit 75 % de baisse (depuis 1990). Chaque pays a ses objectifs en fonction de ses contributions historiques.
Objectif 2020 : baisse de 20 %, objectif atteint, mais sans compter les émissions dues aux importations, qui doublent nos rejets totaux.
Objectif 2030 : baisse de 40 %.

Combien rejette en moyenne un français (tonne de C02 par an actuellement, et combien devra-t-il rejeter en 2050) ?

Il rejette 6 tonnes de CO2 par an (Moyenne monde : 5 t, USA 16 t, Allemagne 10 t).
En 2050 un français  devra rejeter pas plus de 1,5 tonne pour respecter nos engagements : c’est uniquement ce que l’on rejette actuellement par an pour se déplacer ; une voiture rejette 150 gr de CO2 par kilomètre en moyenne (150 gr x 10000 km par an= 1,5 t) ou un aller-retour Paris-New York en avion.

Les ménages représentent plus de 50 % des émissions de gaz à effet de serre, nous sommes donc un acteur direct de la transition.

Diviser par 4 ces émissions, qu’est-ce que cela veut dire en termes de diminution de la consommation d’énergie ?

Moins 30 %  en 2030 (par rapport à 1990), 50 % en 2050.
Nos consommations sont stables depuis ces dernières décennies, mais ne baissent pas.

Qu’est-ce que la neutralité carbone  (objectif 2050 en France) ?

Les surfaces naturelles, forêts, cultures, zones humides, stockent le CO2 pour compenser les émissions de gaz à effet de serre, le territoire national devient ainsi neutre en rejet.

 

Les objectifs de la région en matière de transition énergétique sont les territoires à énergie positive.

Qu’est-ce qu’un territoire à énergie positive (TEPOS) ? L'Aveyron en est-il un?

Produire l’énergie de ses besoins sur son territoire, sans énergies fossiles et sans nucléaire (besoins électriques et autres besoins : déplacements, logements, …).
Seul le parc régional des Grands Causses en Aveyron est capable de tenir cet objectif, en vue des actions réalisées en Aveyron. Actuellement 60 % des besoins sont couverts  par les énergies renouvelables sur ce PNR (Parc Naturel Régional) des Grands Causses.

Les zones rurales sont-elles moins énergivores que les métropoles ?

Non, car les déplacements y sont plus longs et les logements souvent des maisons individuelles moins performantes que l’habitat collectif.

 

Liens vers des documentations :

 

Article publié par "Canopée" le 27/01/2020

    

 

Derniers articles - Nos Actions

Placez vos économies au soleil !

« Sud-Energia, transforme le soleil des Grands Causses et du Sud Aveyron »

« permettre à tous les citoyens, à travers une coopérative, de transformer une partie de ses économies en panneaux photovoltaïques posés sur les toitures de bâtiments communaux : salle des fêtes, mairie, école, gymnase, locaux techniques… »

Une forme d’investissement en circuit court en quelque sorte, destiné à profiter en priorité à l’économie locale : grâce aux revenus générés par la revente de l’électricité renouvelable produite.

Sud-Energia est une coopérative citoyenne, membre du réseau national « Energie Partagée » (proche d’Enercoop et de l’association nationale Négawatts).

« Il parait que l’Aveyron est déjà excédentaire dans sa production d’électricité. Pourquoi continuer à vouloir produire encore plus d’Energie ? »
C’est vrai pour l’électricité, mais pas pour l’énergie consommée dans son ensemble, incluant par exemple nos chauffages et nos déplacements. Or on sait que de gros efforts sont à faire sur ces deux postes qui consomment aujourd’hui énormément d’énergies fossiles, celles qui contribuent le plus au réchauffement climatique. Même si plus de production d’électricité d’origine renouvelable est indispensable à un scénario de sortie du fossile et du fissile, ce ne doit pas être la seule solution.

Elle doit venir en complément avec la remise en question de nos modes de vie énergivores. Avant même de penser à la sobriété énergétique, il faut nous questionner notre ébriété énergétique dans bien des domaines ! (La fameuse voiture électrique Tesla pèse plus d’une tonne pour transporter le plus souvent…moins de 100 kg !!)

 

Sud-Energia " le site Internet "

Sud-Energia " Le dossier de presse " (pdf)

Lancement de la Collecte pour le projet « Soleil des Grands Causses » (fichier PDF)

Article publié par "Canopée" le 13/12/2021


 

Pour protéger le vivant, mettons fin à l’agriculture chimique

« Secrets Toxiques - Pesticides »

Le 1er décembre 2020, un collectif d’association (Générations Futures, Campagne Glyphosate France, Nature & Progrès) a lancé la campagne citoyenne historique “Secrets Toxiques” pour exiger le retrait de pesticides dangereux ET remettre en question les méthodes d'évaluation des pesticides en France et en Europe.

Secrets toxiques lance une action en justice inédite pour demander le retrait immédiat de pesticides contenant des toxiques cachés aux utilisateurs.
Canopée, aux côtés d’autres structures, a adhéré à ce collectif mais nous pouvons tous et chacun agir !

Vous pouvez consulter le site de Secrets toxiques et signer la pétition !

Le Communiqué de Presse du 1 décembre 2020 (Pdf)

La Tribune de Reporterre " Pesticides pour protéger le vivant mettons fin a l'agriculture chimique "

Article publié par "Canopée" le 15/03/2021

 

 

Loi Climat et Résilience à l’Assemblée nationale et au Sénat

« Un climatomètre pour suivre les débats »

Le Réseau Action Climat met en ligne un outil permettant de suivre quotidiennement l’évolution de l’ambition climatique du projet de loi Climat et Résilience, le climatomètre !

Avec des niveaux situés actuellement entre 0 et 20 % sur 15 mesures structurantes, il sera actualisé tous les jours à 14 heures amendements votés à l’Assemblée nationale et au Sénat la veille, et ceci jusqu’au vote final du texte.

" Un climatometre pour suivre les débats sur la loi climat et resilience "

Réseau Action Climat le " climatometre.org " (suivi des débats)

Réseau Action Climat les " 15 mesures phares " (pdf)

Le Projet de Loi " lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets "

Article publié par "Canopée" le 12/03/2021

 

 

Transition Energétique et Climatique en Aubrac

« Comité de Pilotage et forum de restitution »

Le conseil syndical du SMAG du PNR de l'Aubrac a pris la décision d'engager l'élaboration d'un Plan de Transition Energétique et Climatique en Aubrac «PTECA» (démarche volontaire adaptée des "Plans Climat Air Energie Territoriaux «PCAET»").

L’élaboration du PTECA se construit en trois étapes :
  - Réalisation d’un diagnostic territorial,
  - Définition de la stratégie,
  - Réalisation du programme d’actions.

Les documents du 3ème Comité de Pilotage du 05/10/2020 :

- PTECA : " Compte rendu du 3ème comité de pilotage et forum de restitution " (fichier Pdf)

- PTECA : " Diagnostic du Programme de transition énergétique et climatique en Aubrac " (fichier Pdf)

Article publié par "Canopée" le 18/01/2021